Exposition (Flotter dans la nuit électrique)

Elsa Guérin


    Toujours portée par une vision du jonglage délaissant le seul aspect spectaculaire au profit de l’enjeu dramatique et poétique, Elsa Guérin s’attelle à composer une pièce chorégraphique hybride de jonglage et de danse.

    Entre obsessions géométriques et rythmiques, inclinations fantasques et impulsions visuelles ou sonores d’envoûtement, le corps dessine un parcours quasi-rituel et catalyse l’espace vide comme scénographie et zone d’étrangeté entre spectacle et exposition. Elsa Guérin répète, décompose, renouvelle, mixe les gestes et positions minimalistes et géométriques de son jonglage avec ceux de danses modernes plus ou moins libres (smurf, voguing…) et ceux de représentations et d’archétypes du corps à travers les époques et les cultures (représentation des jongleuses égyptiennes du Temple Beni Hassan d’il y a 4000 ans, L’après-midi d’un faune de Nijinsky…), faisant surgir mémoire et fantômes de la peinture, de la sculpture et de la performance.