Les Inconsolés

Laure Duthilleul


    Le parti Collectif est né d’une ambition partagée de vivre des aventures artistiques, de s’aventurer sur les routes de la création collective et de s’inventer un fonctionnement où les ressources sont mutualisées. Certains venaient d’Uzeste Musical, avec l’héritage de la Cie Lubat, d’autres sortaient du conservatoire, certain·es des études supérieures et d’autres des études inférieures. En 2013 ils se sont fédérés, pour faire penser et se faire penser, pour faire jouer et se faire jouer, pour faire découvrir et se découvrir, pour imaginer, inventer, rencontrer et danser, en dialoguant entre le groupe et l’individu, la solitude et la solidarité.
    PRÉSENTATION
    Michaël Fœssel, philosophe contemporain, nous propose dans son livre Le Temps de la Consolation, d’aborder la consolation comme un concept. A l’échelle collective ou individuelle, la consolation permet de penser nos pertes, notre rapport à celles-ci, mais aussi notre rapport à l’autre. Avec ce thème oscillant entre individu et collectif, les artistes du parti Collectif ont l’occasion de mettre en exergue leur singularité tout en jouant sur les enjeux communs.
    Les Inconsolés surgissent sous le chapiteau, protéiformes, formant une suite d’attractions, chacun ayant son rythme propre, un sommet qui tient le spectateur en haleine forte comme dans un numéro de cirque. Musique et personnages se croisent, s’interrogent et vont finalement tous se rang contrer. Il y a Boèce dans sa geôle, Electre pleurant son père, la déesse Niobé, un dresseur de drone, une contorsionniste blessée, le sceptique, des clowns Beckettiens …
    Par différentes figures de théâtre, de musique, et par l’incarnation de ces personnages, le parti Collectif et Laure Duthilleul — démetteuse en scène — propose une joyeuse et universelle représentation du concept philosophique déployé par Michaël Fœssel.
    “L’art est un vecteur de consolation parce qu’il amène du sens, une sensualité même au lieu de la perte.” Michaël Fœssel